• lun. Nov 14th, 2022

L’huile CBD Suisse en danger ?

ByMax

Avr 26, 2022
huile CBD Suisse en danger

Tandis que le secteur Français du chanvre se remet juste de la levée de l’interdiction de vente des fleurs CBD de Janvier 2022, la Suisse est elle aussi accablée par une loi visant les produits CBD en ce début d’année 2022.

Revenons ensemble rapidement sur ces décisions et leur justification au niveau des plus hautes instances du gouvernement.

Janvier 2022 : La France essaye d’interdire la vente de fleurs de CBD

A la veille du nouvel an 2022, un arrêté parait au journal officiel avec pour objectif d’interdire purement et simplement la vente des fleurs CBD sur tout le territoire Français.

Cette décision du gouvernement fait écho à plusieurs affaires légales qui se sont déroulées les années passées (Kanavape…). Toutes ces actions en justice ayant pour même but de réduire ou d’empêcher le commerce de produits au CBD dans le commerce Français.

Pourtant, avec l’affaire Kanavape, c’est au niveau Européen que la justice tranchera et l’Europe est formelle : les produits au CBD ont été autorisés sur l’ensemble du territoire Européen et la France ne peut pas s’exclure de cette décision.

Revenons en 2022 au lendemain de la parution de l’arrêté dans le journal officiel. A ce moment, c’est une grande partie de la filière des commerçants de CBD en France qui se soulèvent et contestent cette décision : les fleurs représentent plus de 70% des ventes de leurs boutiques et renoncer à ce produit est équivalent à mettre la clé sous la porte !

 Une lutte juridique s’engage alors entre représentants de la filière chanvre et politiques conservationnistes, jusqu’au 24 Janvier où le conseil d’état prend la décision de suspendre l’arrêté.

Depuis, les fleurs de CBD sont à nouveaux légales en France et la filière du chanvre peut à nouveau se développer.

La Suisse décide de « dénaturer » les huiles CBD

Début Avril 2022, c’est au tour de la Suisse de prendre une décision légale concernant certains produits au CBD. Les autorités de la confédération Suisse ont en effet décidé de « dénaturer » les huiles CBD produites sur leur territoire pour « décourager l’ingestion abusive par voie orale ».

On ne sait pas encore trop en quoi va consister cette démarche… Est-ce que l’huile CBD suisse va simplement avoir un mauvais gout ? Est-ce qu’elle va devenir impropre à la consommation par ingestion ?

Cette décision est d’ores et déjà parue sur Fedlex, la plateforme de publication du droit fédéral en Suisse.

Pour les huiles qui sont déjà commercialisées en Suisse, les fabricants disposent de 6 mois pour écouler leurs stocks avant que la décision ne prenne effet. Un délai assez court qui ne laisse que peu de temps pour se retourner aux professionnels du secteur.

Cette décision inquiète aussi les consommateurs de CBD qui avaient pris l’habitude de consommer leur produit de cette façon. En effet l’huile CBD est l’une des façons les plus saines pour la santé de consommer du CBD. Ainsi, la majorité des personnes qui utilisent le CBD pour soulager des maux le consomment sous cette forme.

Pourquoi l’huile CBD est controversée en Suisse ?

Bien qu’il s’agisse d’un des moyens de consommer du CBD le moins dangereux pour la santé, les huiles Suisses ont récemment été au cœur d’une polémique : elles ne respectent pas les taux imposés par la loi !

Rappelons que la Suisse a une législation plus souple que l’Europe concernant le CBD : le taux de THC maximum toléré est de 1%.

Après avoir testé de nombreux produits Suisses présents sur le marché, il s’est avéré que 85% d’entre eux ne respectaient pas les taux imposés par la loi… Le problème vient du taux de CBD de ces produits qui est trop élevé, ce qui peut provoquer des problèmes de santé selon les autorités publiques.

Les professionnels du secteur ont protesté contre la décision des autorités suisses de vouloir dénaturer leurs huiles. Ils déclarent en général être pour une régularisation du marché et de la composition des huiles mises en circulation, mais veulent tout de même proposer des produits de qualité à leurs consommateurs.

Max

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *